le bon timing

L’un des secrets de la photo sportive, et c’est le cas pour les photos d’aviron, est le timing.

Réussir à prendre, au bon moment, le geste, la projection, l’expression… qui va faire la différence entre une photo bien et une photo très réussie est la gageure pour le photographe d’aviron.

L’avantage du numérique, c’est qu’on peut prendre tout un tas de photos « ratées » avec quelques-unes qui ressortent vraiment du lot. Mais le photographe ne se satisfait pas de ce seul facteur chance : avec l’habitude, le « métier », il essaye d’arriver à sentir le bon moment où déclencher idéalement son appareil et les séances photos sont une éternelle recherche du « cliché idéal ».

Et, parfois, ça « paye » : tel ou tel cliché se différencie clairement des autres. Avec le temps, ce « parfois » peut se muer en « souvent »… plus difficilement en « toujours » 🙂

Le mega-zoom, l’un des meilleurs amis de dpdb

La photographie sportive nécessite, généralement, de posséder du matériel photographique spécifique.

Bien entendu, le boîtier est un des éléments centraux : il doit être suffisemment performant et « qualitatif » afin de pouvoir générer de belles photographies. Il doit être réactif afin d’être à même de capturer le « bon » instant.

Mais un boîtier sans optiques adaptés ne peut pas grand-chose…

Et, dans le cadre de la photographie d’aviron, des optiques de type zoom, voire mega-zoom deviennent, rapidement nécessaires afin de pouvoir correctement « s’approcher » des sujets.

Pour ma part, j’ai opté pour deux objectifs Tamron de type zoom/mega-zoom :

    • un 70-300mm
    • un 150-600mm

Sur des régates, c’est principalement le 150-600 que j’utilise.

En revanche, sur des séances de suivi d’équipages en sécu, c’est le 70-300 que je privilégie, vue la distance moindre avec les sujets.

dpdb… mais pourquoi des pelles et des bouillons ?

On me demande souvent pourquoi « des pelles et des bouillons » ? Et pourquoi pas ?

Du moment où j’ai eu l’idée de partager en ligne des photos que je prenais des évènements que je couvrais, la question du choix d’un nom, d’une appellation accrocheuse permettant d’être facilement retenue s’est posée.

Il fallait que ce nom rappelle l’aviron, sans nécessairement l’évoquer, tout en se démarquant d’autres acteurs.

C’est, finalement presque naturellement, que des termes commes « pelles », « bouillons », termes de rameurs s’il en est, se sont rapidement imposés : des pelles et des bouillons sonnait bien. Et son acronyme dpdb paraissait bien accrocheur.

Le choix fait, une page facebook est créée, portant ce nom, permettant de partager les albums photos des différents évènements couverts.

Plus tard, ce sera le nom de domaine despellesetdesbouillons.org qui sera déposé, afin d’élargir la présence sur l’internet.