Lancement de l’espace de vente

dpdb propose dorénavant la possibilité de commander des tirages papiers de photos prises lors des évènements couverts.

Une photo sur les réseaux sociaux, c’est bien… une « vraie » photo papier, c’est mieux !

Faites plaisir ou faites-vous plaisir en commandant des tirages papier durables !

Impression sur papier haute qualité opérée par un labo pro, à des prix contenus.

Différents formats disponibles (du 10x15cm au 61x150cm) et possibilité d’acheter une copie numérique si vous préférez faire vos propres tirages.

Pour accéder à l’espace de vente, c’est par ici : https://www.jingoo.com/album/postershop/index.php?id_photographe=4617473

le bon timing

L’un des secrets de la photo sportive, et c’est le cas pour les photos d’aviron, est le timing.

Réussir à prendre, au bon moment, le geste, la projection, l’expression… qui va faire la différence entre une photo bien et une photo très réussie est la gageure pour le photographe d’aviron.

L’avantage du numérique, c’est qu’on peut prendre tout un tas de photos « ratées » avec quelques-unes qui ressortent vraiment du lot. Mais le photographe ne se satisfait pas de ce seul facteur chance : avec l’habitude, le « métier », il essaye d’arriver à sentir le bon moment où déclencher idéalement son appareil et les séances photos sont une éternelle recherche du « cliché idéal ».

Et, parfois, ça « paye » : tel ou tel cliché se différencie clairement des autres. Avec le temps, ce « parfois » peut se muer en « souvent »… plus difficilement en « toujours » 🙂

Le mega-zoom, l’un des meilleurs amis de dpdb

La photographie sportive nécessite, généralement, de posséder du matériel photographique spécifique.

Bien entendu, le boîtier est un des éléments centraux : il doit être suffisemment performant et « qualitatif » afin de pouvoir générer de belles photographies. Il doit être réactif afin d’être à même de capturer le « bon » instant.

Mais un boîtier sans optiques adaptés ne peut pas grand-chose…

Et, dans le cadre de la photographie d’aviron, des optiques de type zoom, voire mega-zoom deviennent, rapidement nécessaires afin de pouvoir correctement « s’approcher » des sujets.

Pour ma part, j’ai opté pour deux objectifs Tamron de type zoom/mega-zoom :

    • un 70-300mm
    • un 150-600mm

Sur des régates, c’est principalement le 150-600 que j’utilise.

En revanche, sur des séances de suivi d’équipages en sécu, c’est le 70-300 que je privilégie, vue la distance moindre avec les sujets.

dpdb… mais pourquoi des pelles et des bouillons ?

On me demande souvent pourquoi « des pelles et des bouillons » ? Et pourquoi pas ?

Du moment où j’ai eu l’idée de partager en ligne des photos que je prenais des évènements que je couvrais, la question du choix d’un nom, d’une appellation accrocheuse permettant d’être facilement retenue s’est posée.

Il fallait que ce nom rappelle l’aviron, sans nécessairement l’évoquer, tout en se démarquant d’autres acteurs.

C’est, finalement presque naturellement, que des termes commes « pelles », « bouillons », termes de rameurs s’il en est, se sont rapidement imposés : des pelles et des bouillons sonnait bien. Et son acronyme dpdb paraissait bien accrocheur.

Le choix fait, une page facebook est créée, portant ce nom, permettant de partager les albums photos des différents évènements couverts.

Plus tard, ce sera le nom de domaine despellesetdesbouillons.org qui sera déposé, afin d’élargir la présence sur l’internet.

 

Stage SNBS Niffer – 08.2020

Cette fin d’été a rimé avec une reprise (enfin !) de la pratique de la photo !

J’ai profité d’une escapade en Alsace du sud pour me dégourdir les objectifs en suivant quelques entraînements de la SNBS qui était en stage à Niffer.

Accueilli (admirablement !) par l’Union Regio Aviron, les rameurs ont évolué sur le canal du Rhône à Rhin, sur un bief de près de 14km.

Le bassin est excellent, pas de courant, peu de circulation, protégé des vents dominants.

Ca a fait du bien à tout le monde. Aux rameurs et au photographe 🙂

 

tous en vert !

Ca y’est, c’est officiel, l’ensemble du territoire est passé au vert !

Fort attendu en IdF qui était resté en zone rouge alors que la phase 2 du déconfinement avait démarré sur le reste du territoire.

Ce que cela va changer ? Sous réserve de la publication, rapide, on l’espère, de la note fédérale de la FFA, un assouplissement important des contraintes imposées par le contexte sanitaire devrait, rapidement intervenir.

Bien entendu, gestes barrières et désinfection des matériels devront perdurer. En revanche, l’accueil des pratiquants devrait être largement assoupli, presque « normal », dans les clubs.

Cela devrait donc être un quasi-retour à la normale dans le fonctionnement des clubs, au bémol près que les dispositions sanitaires « de base » continueront à s’appliquer (gestes barrière, mise à disposition de gel hydroalcoolique, désinfection des matériels…).

Un point reste en suspens, à cette heure : quid de l’accès au vestiaires ?

Gageons que la note fédérale reponde à cela.

 

En attendant, bonne reprise (presque) normale à tous !

l’heure du déconfinement (presque) total a sonné !

Ca y’est, l’heure du déconfinement (presque) total a sonné !

Les autorisations préfectorales tant attendues par bon nombre de clubs (en particulier des clubs franciliens) sont tombées et les entraînements peuvent enfin reprendre.

Certes, les contraintes de respect des règles sanitaires ne permettent pas de pratiquer, à nouveau, de manière complètement normale, mais les rameurs peuvent retourner sur l’eau.

C’est donc skiff pour tout le monde ! Dans le respect des règles sanitaires mises en place dans les clubs en relais des dispositions et préconisations de la Fédération Française d’Aviron dans le cadre du PRA.

Enjoy !

Reprise pour certains… attente insoutenable pour d’autres

Ca y’est, la reprise des entraînements sur l’eau a sonné !… pour certains 🙁

Pour d’autres, les autorisations préfectorales et/ou des Voies Navigables de France tardent à être délivrées…

Tous ceux qui sont, encore, obligés de rester sur la berge sont dans les starting-blocks et attendent plus qu’impatiemment le feu vert.

Encore un peu de patience et vous pourrez retrouver les joies du skiff !